Des évaluations en ligne, sans sortir de chez soi

23 avril 2020

Le 18 mars 2020 ne fut pas un mercredi comme les autres. Nous le pressentions au cours des jours précédents, mais l’annonce des mesures de confinement nous a quand même frappés de plein fouet. Les routes encombrées ainsi que les métros, trains ou encore bus bondés sont désormais déserts. Chacun a installé son espace de travail à la maison, a ouvert son ordinateur, l’a démarré… Ainsi a commencé le télétravail. Impossible de nous imaginer dans une telle situation quelques dizaines d’années auparavant. Même si l’ère du numérique a débuté avant cette date, le 18 mars 2020 a précipité les choses : tout ce qui pouvait se faire en ligne devait obligatoirement se faire en ligne. Voilà toute la différence. Le COVID-19 a doublement accéléré l’utilisation des technologies numériques.

Un confinement prévisible

Comme je l’ai déjà mentionné, nous nous doutions des mesures qui allaient être prises. Outre les nouvelles diffusées dans la presse, nous disposions d’informations de première main grâce à nos contacts en Chine. Des rumeurs évoquant la quarantaine et le confinement se répandaient depuis un certain temps au sein de nos réseaux. Dès lors, la semaine précédant le 18 mars, nous avons défini les obstacles qui nous empêchaient encore de mettre en place le travail à distance, en supposant que la situation l’exige à un moment. Ce fut le cas. Et cette situation perdure.

Les mêmes évaluations

Rétrospectivement, je ne peux que constater que nos activités sont essentiellement les mêmes qu’avant le début de la pandémie. Le coronavirus n’a pas affecté le noyau de nos activités. Nous avons de la chance puisque nos évaluations se réalisaient déjà en ligne et qu’au cours de ces dernières années, nous nous sommes familiarisés avec les technologies les plus modernes, notamment grâce à notre outil Pinsight®. Il ne nous restait donc plus qu’à nous mettre à jour sur la vidéocommunication, les applications existantes et à déterminer le matériel employé par chaque collaborateur, ce que nous avons fait dans le courant de la semaine du 9 mars, in extremis. Il ne s’agissait que de quelques précisions… Malgré tout, nous nous sommes un peu écartés de nos activités principales. Imaginez quelle aurait été la situation si nous avions également dû adapter nos activités… Nous nous estimons donc chanceux !

Une équipe de choc

Je profite de l’occasion pour remercier mes collaborateurs de CPM, en particulier pour la flexibilité mentale dont vous faites preuve. Le recours à des programmes tels que Zoom, Teams ou encore Skype n’a pas été évident pour tout le monde. Vous ne vous êtes pas laissés abattre par ces nouveautés technologiques et êtes redevenus opérationnels en peu de temps. Quelle équipe de choc !

Plus de craintes que de réticences

Les clients y ont mis du leur aussi. Évidemment, leur coopération fait toute la différence… Nous sommes tous dans le même bateau. Les réticences de nos clients s’expliquaient principalement par des inquiétudes à l’égard de leurs collaborateurs internes ou des candidats externes soumis aux évaluations. Ils s’interrogeaient sur la justesse et la pertinence des évaluations. Nous avons facilement pu apaiser leurs inquiétudes. Quant à nous, notre première préoccupation touchait davantage à la sécurité. Nous nous demandions si les tests pour lesquels nous avions travaillé d’arrache-pied risquaient de se retrouver sur la Toile. Là aussi, nous avons rapidement dissipé toute inquiétude.

Ensemble, nous y arrivons

Nous entendons souvent dire que les activités en ligne sont différentes. En toute honnêteté, nous nous attendions à pire. En tant que psychologues, nous sommes évidemment entraînés à détecter des signes et à les comprendre. Qui plus est, les relations à long terme que nous entretenons avec la plupart de nos clients nous aident. Par ailleurs, les évaluations internationales impliquent toujours une distance physique, coronavirus ou non. Mais, encore une fois, nous sentons nettement de la part de toutes les personnes avec lesquelles nous travaillons – internes ou externes –, la volonté d’avancer. Je tiens donc à remercier tout le monde. Car ensemble, nous y arrivons.

Christine Van Velthoven
Managing Director CPM-HRM




Partager cet article

Inscrivez-vous aujourd’hui et recevrez une fois par mois nos articles de blog.